Navigation / Recherche

La mode a t’elle le droit de dicter la loi à nos pubis? (Sophie Fontanel)

Au détour d’une page, je découvre cette vidéo et un post très instructif de Sophie Fontanel qui anime un blog ici:   La vraie vie de Fonelle

Sssssssssssssssssssssssssssujet du jour : LA MODE A-T-ELLE LE DROIT DE DICTER LA LOI À    NOS PUBIS ?
Je vous raconte hier mon hammam. J’étais peinarde en étoile étalée sur le carrelage, quand un groupe de filles à côté de moi commence à discutailler sur le thème que les poils, c’est affreux, faut pas en avoir. La preuve que les poils sont nases, elles disent, les top models en ont pas. Je me noue alors la langue pour pas intervenir et dire que les top models, y a bien d’autres trucs qu’elles ont pas, si on va chercher par là. Je me tais, mais chuis morte de rire à l’idée que y en a des qui pensent leur pubis par rapport à celui d’un top model. J’avais envie de les prévenir ces filles que si la vie moderne and hype c’est sodomie le lundi, bi le mardi, et épili du pilipili le mercredi, ça veut dire qu’elles se sont fait grave avoir. Le sexe est beaucoup plus mystérieux qu’un effet de mode, non ? Certes, moi-même je m’égalise dans une savante subtilité ma région la plus centrale, mais bon pas trop, quoi ! Je me fais pas un pubis pré-pubère ambiance Même pas en rêve que je suis a woman. Et puis cette phobie des poils me semble très space. Je dis pas non plus que j’en fais collec et que je les coiffe au John Frieda, mais je vis avec. Tout enlever ou presque, j’y vois un pli de ne plus rien protéger, une négation de tout ce qui est précieux et privé. Une négation des sexes, voire. Vous voyez un peu comme je me détends au hammam, hein ! Cela dit, je me suis bien marrée. En plus que une des filles qui était là à côté de moi, avait, elle, le bidule entièrement épilé en moustache d’Hitler. Donc, hilarité.
Voilà  c’était une grosse poilade du vendredaïe.
Cela dit, chacun fait keski veut.
Fonelle d’Or décerné today à la chef à Kiddo qui lui donne son aprem pour qu’elle puisse aller faire les soldes.
À lundi, les adorés jamais soldés !
Fonelle

Sophie Fontanel ©